… de l’auteur

 

photo auteur

« Thésard », en première année de doctorat de sociologie, je travaille sur les évolutions du travail de formateur dans les formations en travail social. Pour plus d’informations à ce sujet, je vous invite à visiter la rubrique « Thèse en projet« .

Je réalise ce travail sous la direction de Denis Fleurdorge, maître de conférence-HDR à Montpellier 3. Ses travaux portent principalement sur les rituels de la vie politique, notamment ceux rattachés à la présidence de la République. Le laboratoire qui m’accueille pour ce travail est le LERSEM (composante Isra/Cri, université Montpellier 3) et je suis rattaché à l’école doctorale 60  » Territoires, Temps, Sociétés et Développement« .

Ce projet de thèse vient s’inscrire dans la logique de mes années de master. La rencontre avec l’action sociale s’est faite lors d’un stage d’observation au sein d’un Institut Thérapeutique, Educatif et Pédagogique au cours de ma seconde année de licence en psychologie. Par la suite, le stage long à visée professionnelle, réalisé dans le cadre du Master 1 « Intermédiation et Développement Social » (Montpellier 3) a permis un contact prolongé avec l’équipe éducative d’un Centre d’Accueil de Demandeurs d’Asile (CADA). Lors de cette expérience se sont rencontrés mon intérêt pour l’action sociale et mon intérêt pour la recherche en sociologie au travers d’un questionnement sur les postures professionnelles et politiques construites par les professionnels du CADA. Ce questionnement est né de l’écart constaté avec étonnement entre la thématique de l’asile qui suscite de nombreuses critiques et mobilisations associatives et des pratiques qui, sur le terrain, s’inscrivaient en accord avec la commande étatique. Le but du mémoire réalisé cette année-là a été de décrire les postures des professionnels et d’en comprendre les impacts sur la politique d’asile développée localement.

Poursuivant mon questionnement sur les pratiques professionnelles, j’ai choisi de m’intéresser à la construction professionnelle dans le cadre de la formation d’éducateur spécialisé. Ce fut l’objet du mémoire réalisé durant le Master 2 Sociologie et Développement Social spécialité « Âges, Epreuves, Vulnérabilités » (Lille 3). Le travail de terrain m’a amené à assister à des temps d’analyse des pratiques, ainsi qu’à une série de cours d’analyse des organisations me permettant de rencontrer des formateurs et d’observer leurs manières de faire. Cette découverte du métier a été complétée par des entretiens avec les professionnels ainsi qu’avec les étudiants. Mes observations m’ont amené à m’interroger sur les pratiques des formateurs et à en tirer un sujet de thèse.

En prenant un peu de recul sur mon parcours, je peux dire qu’il est motivé par une interrogation sur la construction de l’individu dans son univers social. Comment en arrive t-il à penser et agir comme il le pense ? Pour préciser encore, ce sont les dimensions des valeurs, de l’éthique, de la morale individuelle et des manières de faire qui  m’intéresse. Ce questionnement s’inscrit avec force dans le champ de l’action sociale du fait d’un intérêt personnel pour ce champ et du sens qu’il prend dans cet univers professionnel qui possède selon moi un fort potentiel de politisation et donc de citoyenneté et donc, qui place la question des valeurs et de la manière de les réaliser au centre.

 

Les commentaires sont clos.